Témoignages

Interviews d’administrateurs

Denis est co-dirigeant avec Tony Lesaffre du groupe Sepamat dans les activités de location de voiture et services aux flottes. Dans NAPF, il représente la CCI, membre fondateur de l’association. À travers ses différents mandats exercés depuis une vingtaine d’années, Denis se définit comme un militant de l’entreprise.

 

1) Comment appréciez-vous l’orientation de NAPF vers les entreprises et la volonté de déploiement régional ?

J’ai découvert NAPF il y a quelques années et cela a été une belle rencontre. Je croyais à un repère de financiers, c’était en réalité un bel outil au service des entreprises et du développement du territoire dont les entreprises, ignoraient l’existence et ne comprenaient en quoi cela les concernait ; ce qu’elles pouvaient en recevoir, mais aussi y apporter.

 

Je m’implique fortement dans le déploiement de cet outil en direction des entreprises.

 

Je connais beaucoup d’associations patronales et celles-ci ne souhaitent pas intégrer de banquiers ni de professionnels du conseil. NAPF a une démarche exactement inverse, pour permettre aux entreprises dont la culture financière est parfois limitée,  de rencontrer et de travailler avec des spécialistes de la finance, en dehors d’un contexte purement professionnel.

 

Dès la première rencontre, les entreprises comprennent l’intérêt d’adhérer à NAPF. Nous nous en rendons compte à travers nos rencontres découvertes « Les Initiales » ou encore les petits déjeuners thématiques mensuels, très qualitatifs, avec un apport pédagogique et des témoignages. Notre association permet aux entreprises d’entretenir et développer leur culture financière et de trouver des pistes de croissance.

 

Ensuite, chaque entrepreneur se voit proposer des occasions de s’impliquer en fonction de sa disponibilité ; les commissions durables et pérennes ou les groupes de travail plus éphémères.

 

Le positionnement stratégique s’est affirmé et il est porteur de sens pour la place financière, pour les entreprises et le territoire. Une belle dynamique s’est enclenchée avec un nouveau souffle autour de cette vision.

 

NAPF est au service du territoire et contribue à son rayonnement. Aujourd’hui nous sommes très centrés Loire Atlantique, mais nous avons une vocation naturelle à nous étendre aux Pays de la Loire, puis au Grand Ouest. Il fallait d’abord poser les bases au niveau local puis procéder par cercles concentriques. Les entreprises et financiers doivent se rencontrer régulièrement et travailler ensemble, il faut donc une proximité géographique.

 

2) Que vous apporte l’implication de collaborateurs proches dans NAPF ? Y êtes-vous favorable ? Pourquoi ?

L’idée est intéressante. NAPF brosse des sujets très vastes dont certains touchent le dirigeant et d’autres les directeurs généraux et/ou financiers. NAPF doit contribuer à faire grandir l’entreprise, dirigeant et collaborateurs.

 

L’impulsion du dirigeant est importante. Il doit comprendre les objectifs et l’intérêt de l’association, sinon la relation s’étiolera.

 

3) Quel est le rôle des entreprises et des entrepreneurs dans une place financière ?

C’est un lieu de rencontre entre les entreprises et la communauté financière. Les entrepreneurs y côtoient les institutions financières et les grands cabinets de conseil, dans le cadre d’une rencontre entre dirigeants.

 

Les entreprises peuvent faire grandir leur culture financière, car il y a un déficit sur le sujet, surtout dans les PME et les entreprises à fort potentiel de croissance. NAPF est le lieu où les entreprises peuvent exprimer en temps réel, des besoins insuffisamment couverts par les acteurs financiers de la place. NAPF a été à l’origine d’initiatives comme P2RI, le fonds régional IDEE et récemment le fonds Pays de Loire croissance (pour des entreprises souvent petites ou qui n’intéressent pas les capitaux investisseurs).

Les rencontres entre des besoins non satisfaits et des acteurs performants, ont généré des outils adaptés et efficaces.

 

4) Que dire d’autre sur la stratégie NAPF ?

Je suis très heureux de voir l’accueil que les entreprises réservent à NAPF et la façon dont elles s’y impliquent. C’est un outil utile qu’il faut faire connaître. Il faut animer la communauté financière, faire venir les entreprises et travailler avec les collectivités du territoire qui sont également en charge de l’économie et trouvent auprès de NAPF un organe bien rôdé, crédible avec lequel elles peuvent discuter.

Le territoire peut être fier de NAPF, à nous de la faire connaître.

Autres témoignages