Actualités

Les Places régionales : une finance vertueuse au service de l’économie réelle

NAPF fait partie d’un réseau de 9 Places Financières en France, implantées dans le tissu économique de leur région respective.

____________________________________________________________

Les missions et réussites des Places Financières

Une opportunité pour le territoire français

Exceptée l’Île de France, les territoires des Places représentent plus de 70% du PIB national et plus des ¾ du nombre de sociétés. Ces chiffres illustrent à eux seuls un défi majeur pour la France : s’assurer que toutes les innovations de la sphère financière, administrative ou juridique soient bien mises à disposition des entreprises régionales mais aussi de celles localisées dans nos petites et moyennes villes (PME, ETI).

Composées d’acteurs de la finance et de l’entreprise – respectivement fournisseurs et bénéficiaires de services financiers – les places financières se donnent pour mission d’organiser une constante mise en relation professionnelle entre ces deux acteurs clés.

Une coordination nécessaire

Depuis 2011, sous l’impulsion de Philippe de Portzamparc (PZP) nommé coordinateur, la réunion des Places s’est donnée pour ambition d’améliorer leurs échanges, pour :

  1. Améliorer l’efficacité globale des Places : Permettre aux plus petites Places financières de se benchmarquer sur le fonctionnement des plus grandes.
  2. Peser sur le plan national : au-delà d’une considération locale, le travail des Places financières profite à l’innovation et la création de richesse nationale.
  3. « Assurer un maillage complet du territoire » : Comme l’explique M. de Portzamparc, créer de nouvelles Places dans les régions multipolaires sans capitale régionale (Champagne-Ardenne, Bourgogne-Franche-Comté) ou autour de métropolitaines puissantes (Bordeaux, Toulouse).

____________________________________________________________

De nouveaux défis à partir de 2019

Un nouveau dialogue avec les pouvoirs publics

Soutenir et coopérer plutôt que subventionner. Localement, les Places financières doivent avant tout aider les collectivités à mieux comprendre la situation financière des entreprises. Pour garder leur indépendance, chaque Place se finance majoritairement par ses membres : le soutien des collectivités publiques intervient ponctuellement.

« Seuls nos membres permettent de nous faire vivre et de nous développer »

Philippe de Portzamparc

Les enjeux internationaux touchent nos régions. Les sujets de réglementation et de financement débattus à Bercy ou au sein de l’Union Européenne concernent également les territoires français. Ainsi, il est essentiel de faire entendre la voix regroupée des régions.

____________________________________________________________

Jean-Pierre Lac, nouveau coordinateur des Places Financières

Jean-Pierre LAC, coordinateur des Places Financières depuis juillet 2019

Une nomination commune. Désigné par l’ensemble des Places, Jean-Pierre Lac quitte sa fonction de Président de Lyon Place Financière et succède à Philippe de Portzamparc. Il devra mener à bien cette coordination nationale, tout en prenant en compte les différents budgets et assises territoriales de chaque Place financière.

Un mandat informel. Même si la durée est indéterminée sans cadre juridique, il est important d’assumer cette fonction sur plusieurs années pour asseoir et conforter les missions du coordinateur des Places Financières régionales.

____________________________________________________________

Parole à Philippe de Portzamparc :

Ancien coordinateur des Places Financières, Philippe de Portzamparc prend la parole

Que retenez-vous de ces 7 années en tant que coordinateur des Places ?

« J’ai été très heureux de voir la fondation de Bordeaux et Toulouse Places Financières, et surtout la création de celles de Champagne-Ardenne et de Bourgogne-Franche-Compté. Créées ex-nihilo et sans métropole, je leur souhaite de réussir au développement de leur région. L’œil neuf de Jean-Pierre Lac pourra soutenir leur déploiement.»

« J’ai également voulu réaffirmer une vision claire de la finance. Elle est trop stigmatisée et associée au profit, à la spéculation et aux paradis fiscaux, ce que je déteste. Je préfère la finance utile et l’épargne vertueuse qui créent des emplois et développent les territoires. »

« Le financement de l’économie réelle doit toujours primer. »

La finance vue par Philippe de Portzamparc